Le marché de l’art est perpétuellement soumis aux tendances de la mode. De l’art conceptuel au néo-expressionnisme, le grand public ne sait plus très bien à quelle toile se vouer ! D’où l’éternel retour à une peinture plus accessible, plus sereine et mieux accordée à son désir de beauté formelle.

C’est précisément vers ce créneau que s’est voué Jacques Goijen, collectionneur marchand de tableaux spécialisé dans l’Ecole liégeoise du paysage post-impressionniste.

Et, si le choix est teinté d’opportunité due à son flair de découvreur, il n’en est pas moins dicté par sa sensibilité profonde d’amoureux de la peinture.

Jacques Goijen collectionne et fouine… Des salles de ventes aux particuliers en passant par des échanges entre collectionneurs ou marchands, tout est bon pour saisir la « découverte ».

La production picturale liégeoise de 1880 à 1940 est riche de milliers d’oeuvres souvent méconnues dans lesquelles des artistes tels Heintz, Raty, Jamar, Bonvoisin, Baues et bien d’autres ont exprimé toute leur délicatesse.

Ils ont représenté un mode de vie et de culture fait de douceur de vivre, d’attachement à un coin de terre sans cesse chanté et de goût pour une sorte de sérénité oubliée.

Jacques Goijen est pris par leur charme mais sa passion relève aussi du défi. Pour défendre cette époque de la peinture liégeoise que l’injustice des modes avait effacée mais aussi par défi envers ceux qui ne croyaient pas en ce jeune amateur passionné.
Sur le site de l'école liégeoise du paysage.
Le patrimoine pictural liégeois est important !
L'ardenne a inspiré un mouvement post-impressionniste, Richard Heintz en est le plus illustre représentant. Le dictionnaire des paysagistes liégeois rédigé par Jacques Goijen a fait la synthèse de cette production de tableaux de paysage.
Visionner la dernière interview de Jacques Goijen
© 2010 L’école Liègeoise du Paysage - Jacques Goijen